France: Over 80 adopted children are abandoned each year

Published in France-Soir, Nicole Korchia, May 3, 2010.

The figures are secret and taboo in France: officially 2% of adoptions are doomed to fail in France. But unofficially, the specialists speak bluntly of one out of ten … Our investigation.

A terrible fact …
The failures of the adoption, is not much spoken about. Yet even in France, heart-rending stories of adopted children handed to institutions, then returned to their countries are frequent and real.

Taboo, controversial, no official statistics are given. The issue of adoption is too sensitive and the finding of failure are buried under the hundreds of pending requests. If figures of 2 and 3% failure are circulating, that is already huge, because it means that from about 4,000 children adopted each year, more than 80 are abandoned each year, returned as a simple device that does not work! What happens with these little ones, dismissed again and again, by their biological families and then the adoptive families? How will they rebuild? And why is that after so many stages and waiting, adoptive parents are unable to keep this child so much dreamed of?

Why these failures?
“In the context of adoption, explains us at the AFA (French Adoption Agency), there is very often the child dreamed of and the real child. And the two do not always converge. Adoption is truly a graft which takes or does not. Indeed parents often go far beyond their original plan, thinking they can take an older child with a past emotional or physical problem or pathological … But over the months, things get complicated … Dr. Geneviève André-Trevennec, director of Médecins du Monde, said: “We must make parents aware of the responsibility they had in their adoption process. They committed themselves, it’s like when you have a biological child who was born with difficulties, we assume and we love him until the end, whatever happens.”

What happens to these rejected children? When full adoption is recognized, the child remains legally forever bound to his parents. He is placed by the social services, but he will never be adoptable in full. When he is foreign and his country has made a legal decision, his country no longer wants him. And if not yet registered with the French registry, he finds himself a bit stateless. This happens especially when individual adoptions.

To avoid this, the psychological preparation for parenthood and monitoring of adoptive families are gradually established by adoption agencies. “With the current trend of international adoption that offers more and more older children from complex situations, it becomes vital. Otherwise the failures will multiply! A supported and warned family reacts so not to come to extreme situations,” confirms André Genevieve Trevennec. But it is still insufficient and many signs of alarms go unnoticed. However, a failure to adopt never happens overnight. So many lives shattered in the first years of existence can not leave us indifferent …

“More than 30% of approvals granted should be denied”
Dr. Pierre Levy-Soussan is a child psychiatrist, medical director Consulting affiliations in Paris. France-Soir. What a real failure of the adoption?
Pierre Levy-Soussan. The most serious are those that result in abuse, neglect and with delivery of the child to the ASE (Child Welfare). They go well beyond the announced 2%. Then there are the equivalent of stalemate where the situation has degenerated to such an extent that parents or children have nothing together except indifference or hatred. The professionals assess globally these stalemates at 10 or 15%. And that’s huge …

F.-S. What should be done to prevent such tragedies?
P. L.-S. Being more selective about the licensing and stop the amateurism institutionalized in adoption. A case dismissed by the commission can be saved by a president of the general council or a judge. Amateurism! Anybody can get a license. The refusal rate nationwide is 10%, with 70% of departments between 0 and 10%! More than 30% should be rejected because the areas that work best have a refusal rate between 30 and 40%. No politician wants to challenge the law and children are paying the price!

F.-S. How do concretely?
P. L.-S. Under the assumption of an efficient selection of candidates, by doing the work of matching of families: that child for that parent, as any child can not go with any parent. We must stop relying on the random arrival of files as does the AFA.

F.-S. Do we paint a too rosy image of adopiton compared to its reality?
P. L.-S. Of course, and peopolisation contributes to that, adoption has a picture of a fairy tale. The realities and difficulties are put aside and it that does not help prospective adoptive parents who are often overwhelmed by the obstacles they encounter.

F.-S. A story like the little Russian boy could have happened here?
P. L.-S. Not only it could have, but it happens in France. Children who are returned with their bags to the ASE that is unfortunately not an exception …

A serious act that justice sanctions
On March 29, 2010, the Criminal Court of Nantes sentenced adoptive parents to nine months suspended sentence for abandoning in 2004 their two Ethiopian children. Adopted four years before, they were delivered to ESA some time after the birth biological child of the couple in question. They were “violent and difficult,” explained the adoptive parents who paid 400 euros per month social services for custody, but no longer exercised their visiting rights.

Second story: that of a couple who had adopted a Chinese child first and then a second, who around 3 years had shown a medical condition. When the parents heard the diagnosis, they left the child to the hospital and went to report the abandonment to the ESA. Obviously, this has destabilized the elder child, who thought that if she fell ill, her parents would abandon her. The second child was immediately placed in a remarkable family, who accompanied her on her treatment and was then adopted. It is an unfortunate story that did not end too badly ….

Third case: that of a child born in Eastern Europe. It was well adapted, but the family made him their property, totally isolated from the world. Outside school, he saw no one other than his two parents. One educator charged with his follow up, reported these facts to the judiciary, because the parents refused to get help. Result, the child was placed in provisional detention. Finally, more recently, a mother went to pick up a child in Haiti after the earthquake of January 12, but she could not assume that adoption and gave it back to social services last month. The little girl is now at the DDASS (Child Protection) in the Reunion, abandoned after less than three months in a new family…

5 mai 2010
Plus de 80 enfants adoptés sont abandonnés chaque année
Publié sur le site France-Soir, oar Nicole Korchia, le 3 mai 2010.

Les chiffres sont secrets et tabous en France : officiellement 2 % des adoptions sont vouées à l’échec en France. Mais officieusement, les spécialistes parlent carrément d’un cas sur dix… Notre enquête.
Un terrible constat…
Les échecs de l’adoption, on en parle peu. Pourtant, même en France, des histoires déchirantes d’enfants adoptés remis aux institutions, puis renvoyés dans leurs pays sont fréquentes et bien réelles. Sujet tabou, polémique, aucune statistique officielle n’est mise en avant. Le dossier de l’adoption est trop sensible et le constat de l’échec enfoui sous les centaines de demandes en attente. Si des chiffres de 2 à 3 % d’échec circulent, c’est déjà énorme, car cela signifie que sur environ 4.000 enfants adoptés par an, plus de 80 sont abandonnés chaque année, rendus comme un simple appareil qui ne fonctionne pas ! Qu’advient-il ensuite de ces petits rejetés coup sur coup, par leur famille biologique puis adoptive ? Comment pourront-ils se reconstruire ? Et comment expliquer qu’après tant de démarches et d’attente, des parents adoptifs se révèlent incapables de garder cet enfant tant rêvé ?

Pourquoi ces échecs ?
« Dans le cadre de l’adoption, explique-t-on à l’AFA (Agence française de l’adoption), il y a très souvent l’enfant rêvé et l’enfant réel. Et les deux ne se rejoignent pas toujours. L’adoption est vraiment une greffe qui prend ou qui ne prend pas. » En effet souvent les parents vont bien au-delà de leur projet initial en se disant qu’ils pourront assumer un enfant plus grand, avec un passé psychologique chargé ou un problème physique voire pathologique… Mais au fil des mois, les choses se compliquent… Le docteur Geneviève André-Trevennec, directrice de Médecins du monde, explique : « Il faut faire prendre conscience aux parents de la responsabilité qu’ils ont eue dans leur démarche d’adoption. Ils se sont engagés, c’est comme lorsqu’on a un enfant biologique qui né avec des difficultés, on l’assume et on l’aime jusqu’au bout, quoi qu’il arrive. »

Que deviennent ces enfants rejetés ? Lorsque l’adoption plénière a été reconnue, l’enfant reste à jamais lié juridiquement à ses parents. Il est placé par les services sociaux, mais il ne sera plus jamais adoptable plénièrement. Lorsque qu’il est étranger et que son pays d’origine a prononcé un jugement, son pays n’en veut plus. Et s’il n’est pas encore enregistré à l’état civil français, il se retrouve un peu apatride. Cela arrive particulièrement lors d’adoptions individuelles.

Pour éviter cela, des préparations psychologiques à la parentalité adoptive et un suivi des familles sont progressivement mis en place par les organismes d’adoption. « Avec la tendance actuelle de l’adoption internationale qui propose des enfants de plus en plus grands, issus de situations complexes, cela devient vital. Sinon les échecs se multiplieront ! Une famille soutenue et avertie réagit pour ne pas arriver à des situations extrêmes », atteste Geneviève André Trevennec. Mais c’est encore insuffisant et de nombreux signes d’alarmes passent inaperçus. Pourtant, un échec de l’adoption n’arrive jamais du jour au lendemain. Tant de vies brisées dans les premières années d’existence ne peuvent laisser indifférent…

« Plus de 30 % des agréments accordés devraient être refusés »
Le Dr. Pierre Lévy-Soussan est pédopsychiatre, médecin directeur Consultation filiations à Paris. France-Soir. Qu’est-ce qu’un véritable échec de l’adoption?
Pierre Lévy-Soussan. Les plus graves sont ceux qui se traduisent par une maltraitance, avec abandon et remise de l’enfant à l’ASE (Aide sociale à l’enfance). Ils vont bien au-delà des 2 % annoncés. Puis il y a les équivalents d’échecs lorsque la situation a dégénéré, à tel point que les parents ou les enfants n’éprouvent plus rien ensemble sauf l’indifférence ou la haine. Les professionnels évaluent globalement ces échecs à 10 ou 15 %. Et c’est énorme…

F.-S. Que faudrait-il faire pour éviter de tels drames?
P. L.-S. Etre plus sélectif sur les agréments et arrêter l’amateurisme institutionnalisé en matière d’adoption. Un dossier rejeté par la commission peut ensuite être sauvé par un président de conseil général ou un juge. Amateurisme ! N’importe qui peut donc obtenir un agrément. Le taux de refus national est de 10 %, avec 70 % des départements entre 0 et 10 % ! Plus de 30 % devraient être refusés car les régions qui travaillent le mieux ont un taux de refus entre 30 et 40 %. Aucun politique ne veut remettre en question la loi et les enfants en font les frais !

F.-S. Comment agir concrètement?
P. L.-S. En assumant une sélection efficiente des candidats, en faisant un travail d’appariement des familles : tel enfant pour tel parent, car n’importe quel enfant ne peut pas aller avec n’importe quel parent. Il faut arrêter de s’en remettre au hasard de l’arrivée des dossiers comme le fait l’AFA.

F.-S. Fait-t-on un dossier trop rose de l’adoption par rapport à sa réalité?
P. L.-S. Bien sûr, et la peopolisation y contribue, l’adoption a une image de conte merveilleux. Les réalités et les difficultés sont mises à l’écart et cela n’aide pas les futurs parents adoptifs qui se retrouvent souvent dépassés par les obstacles qu’ils rencontrent.

F.-S. Une histoire comme celle du petit garçon russe aurait-elle pu arriver chez nous?
P. L.-S. Non seulement ça aurait pu, mais cela arrive en France. Des enfants qui sont renvoyés avec leur valise à l’ASE cela n’a malheureusement rien d’exceptionnel…

Un acte grave que la justice sanctionne
Le 29 mars 2010, le tribunal correctionnel de Nantes a condamné des parents adoptifs à neuf mois de prison avec sursis pour avoir abandonné en 2004 leurs deux enfants éthiopiens. Adoptés quatre ans auparavant, ils ont été remis à l’ASE quelque temps après la naissance de l’enfant biologique du couple mis en cause. Ils étaient « violents et difficiles », ont expliqué les parents adoptifs qui payaient 400 euros par mois les services sociaux pour leur garde, mais n’exerçaient plus leur droit de visite.

Deuxième histoire : celle d’un couple qui avait adopté un premier enfant chinois puis un deuxième, qui vers 3 ans a manifesté une pathologie médicale. Quand les parents ont entendu le diagnostic, ils ont laissé l’enfant à l’hôpital et sont allés déclarer l’abandon à l’ASE. Bien évidemment, cela a déstabilisé l’aînée qui a pensé que si elle tombait malade, ses parents l’abandonneraient. Le deuxième enfant a été immédiatement placé dans une famille d’accueil remarquable, qui l’a accompagné dans ses traitements et l’a ensuite adopté. C’est une histoire malheureuse qui ne se termine pas trop mal….

Troisième cas : celui de cet enfant né dans un pays de l’Est. Il s’était bien adapté, mais la famille en a fait sa propriété, en l’isolant totalement du monde. En dehors de l’école, il ne voyait personne d’autres que ses deux parents. Un intervenant éducatif chargé de le suivre a fait un signalement judiciaire après constat des faits, parce que les parents refusaient de se faire aider. Résultat, l’enfant a été mis en placement provisoire. Enfin, plus récemment, une mère est allée chercher une enfant à Haïti après le séisme du 12 janvier, mais ne pouvant assumer cette adoption l’a rendue aux services sociaux le mois dernier. La petite fille est aujourd’hui à la DDASS de La Réunion, abandonnée après moins de trois mois passés dans une nouvelle famille…

Publié par Kim Myu