Kouchner ne veut pas être „accusé d’enlèvement

Date: 2010-01-19
Source: Le Point

Le chef de la diplomatie Bernard Kouchner a mis en garde mardi contre des adoptions précipitées d’enfants haïtiens, jugeant que les autorités françaises ne doivent pas être „accusées d’enlèvement“, même sous un „bon prétexte“. „Sous le bon prétexte de sauver des enfants (…) il ne faut pas qu’on soit accusé d’enlèvement“, a déclaré Bernard Kouchner, interpellé à l’Assemblée nationale sur la politique en matière d’adoption menée par la France.

Ces derniers jours, le gouvernement a été interpellé par des familles adoptantes, qui voulaient une accélération des procédures. La France a décidé d’intensifier le transfert des enfants haïtiens en voie d’adoption par des familles françaises. „On ne peut absolument pas emmener des enfants comme ça sans savoir s’ils ont leur famille ou s’ils ne sont pas déjà dans un autre circuit, au maximum“, a insisté le ministre. Il a rappelé qu'“il y en a 528 (enfants) qui sont sur des listes dont 130 reviendront très vite en France puisque maintenant les formalités (…) seront extrêmement allégées“.

La France, premier pays d’accueil d’enfants d’Haïti

L’Unicef a invité mardi les autorités françaises à „se garder de toute précipitation“. Elle a salué leur décision d’accélérer les évacuations „pour les enfants dont les dossiers (d’adoption) étaient complets“. Mais, a-t-elle rappelé, „tous les orphelins ne sont pas adoptables et tous ne sont pas nécessairement abandonnés“.

Lundi, le Quai d’Orsay avait précisé que „par dérogation aux procédures habituelles, les enfants haïtiens pour lesquels un jugement a été rendu pourront faire l’objet de transferts vers la France“. Selon l’Agence française de l’adoption (Afa), la France est le premier pays d’accueil d’enfants de Haïti. En 2006, sur 1.300 enfants haïtiens adoptés partout dans le monde, 591 l’ont été en France.