Fille adoptée de 13 ans met une bombe sous le système d’adoption

Sous-titre en anglais.

Traduction informelle:

A 13 ans Amy a été adopté par des parents danois il y a 4,5 ans. Maintenant sa mère biologique va  au tribunal pour annuler l‘ adoption, car Amy n’a jamais été heureuse avec sa nouvelle famille danoise .

Cela signifie beaucoup, cela me touche, ça me rend vraiment triste, que la vie quotidienne et l’école sont si dur .

Bienvenue au Nouvelles du Lundi, on commence par une jeune fille de 13 ans qui peut mettre une bombe sous le système d’adoption.

Amy Steen a été adoptée au Danemark à partir de l’Ethiopie, mais elle n’a jamais été heureuse avec sa famille adoptive. Maintenant 4,5 ans plus tard, sa mère biologique va au tribunal pour annuler l’adoption. C’est la première fois qu’un tel procès sera fait pour un enfant adopté en Danemark. Si la mère d’Amy Steen gagnerai, il se peut avoir de conséquences pour des autres adoptions .

Amy Steen à la bibliothèque à Naestved feuilletant des piles d’articles de journaux sur les 4,5 années qu’elle a vécu au Danemark.

Amy : Ils sont si nombreux, je pense: quelle vie, parfois je pense pas que ce n’est pas sur moi.

Amy Steen est venu au Danemark à 9 ans, peut-être qu’elle était en fait 10 ou 11. Il est certain qu’elle n’a jamais pu créer un lien avec ses parents adoptifs, elle a été placée dans une famille d’accueil. Mais lorsque la relation entre les parents adoptifs et la famille d’accueil a tourné mal, ce ça qui s’est passé :

(extrait de la suppression d’Amy de la famille d’acceuil)

Amy : Je me souviens très bien, c’est comme une copie de ma tête .

Amy a été retiré et placé en institution, plus tard, elle a été autorisée à revenir chez la famille d’accueil. L’expérience a laissé sa trace.

Amy : Je ne peux pas être seule et je ne peux pas rester seule à la maison. J’ai eu peur. J’ai peur et je ne suis pas assez à l’aise.

En Ethiopie, la mère d’Amy suivi de loin. Elle a remis deux de ses quatre enfants pour l’adoption parce qu’elle est pauvre et infecté par le SIDA. Elle croit que les deux Næstved Kommune et les parents adoptifs ont échoué, parce que Amy et elle n’a pas eu de contact .

Genet : Je vais faire comprendre aux autorités éthiopiennes et danois a quoi mes enfants ont été exposés. Et je veux les faire enlever aux parents adoptifs. Donc, je vais au tribunal.

Par conséquent, elle va demain à la cour, pour annuler l’adoption .

Genet : si je gagne, je serai heureux pour moi et mes enfants.

Amy : Cela me signifie beaucoup. Surtout si elle peut être autorisé à décider sur moi, cela est important pour moi.

Et c’est le but de l’organisation Against Child Trafficking, qui la lutte contre la traite des enfants et aide la la mère d’Amy dans ce cas. S’ils gagnent en Ethiopie, la prochaine étape est au Danemark .

Roelie Post: Il y a une bonne chance que l’affaire peut être gagné au Danemark. La loi danoise dit que si il y a des irrégularités ou l’adoption ne se passe pas bien, une adoption peut être révoquée .

Les parents adoptifs d’Amy sont contre le procès, mais ne veulent pas faire de commentaire, pas plus que les plus hautes autorités, la Commission de Recours. Peu importe ce qui se passe, Amy veut rester avec la famille d’accueil et sa vie sera au Danemark .

Amy : Je serai toujours au Danemark, parce que j’ai des amis et l’école et aussi de la famille en quelque sorte. Donc, je ne vais pas revenir à l’Ethiopie, mais je veux aller voir ma mère, mais je appartiens aussi en Danemark .

Les lois d’adoption donne la possibilité de révoquer une adoption dans des cas comme Amy, ou comme la fille Masho du documentaire Mercy Mercy .

C’est l’évaluation d’un expert juridique.

Tyge Trier: Légalement , nous sommes un peu dans un nouveau territoire avec l’affaire Amy, parce que je ne pense pas que nous avons eu un cas similaire avant. Si il y aura une clarification de la loi dans le cas d’Amy et peut-être plus tard dans le cas de Masho, alors il est clair qu’il peut y avoir des implications pour d’autres adoptions.

Iben Høgsberg, vous êtes un travailleur social, vous avez écrit des livres sur l’adoption et vous avez adopté 2 enfants. Que pensez-vous comme mère adoptive sur le procès en cours.

Iben : Je pense que c’est un cas vraiment navrant pour toutes les parties concernées. Je pense aussi qu’il est très important pour l’ensemble du système d’adoption, ici au Danemark et dans le monde, parce que c’est un signe que quelque chose va très mal.

Je sais que vous pensez que cette question devrait être le début d’une confrontation des adoptions internationales, comme nous les connaissons aujourd’hui. Que pensez-vous est le problème avec le système?

Iben : Je pense que le temps est passé pour les adoptions anonymes, que nous avons jusqu’à présent. Nous avons vraiment besoin d’ouvrir le système d’adoption, de sorte que les enfants adoptés peuvent apprendre à connaître leur origine .

Mais comment pourrait-il avoir aidé Amy, par exemple, dans ce cas, si elle aurait eu une adoption ouverte et elle aurait gardé le contact.

Iben : Amy n’était pas un bébé quand elle a été adoptée. Elle a eu son début, ses origines en Ethiopie, elle a ses souvenirs là-bas. Et c’est ce qui est nécessaire et ce qui doit être conservé comme un droit afin de développer une identité entière.